Categorieën
lyriek

Daily Délie XCIII

Oeil Aquilin, qui tant osas souffrir
Les rayz aiguz de celle clarté saincte,
A qui Amour vaincu se vint offrir,
Donc de ses traictz tu la veis toute ceincte,
N’aperçoys tu, que de tes maulx enceincte,
Elle te fait tant de larmes pleuvoir?
Vueillent les Cieulx par un bening debvoir,
Tes pleurs si grandz si largement deduire,
Qu’elle les voye en un ruisseau movoir,
Qui, murmurant, mes peines puisse dire.

Geef een reactie