Categorieën
lyriek

Daily Délie XLVIII

Si onc la Mort fut tresdoulcement chere,
A l’Ame doulce ores cherement plaict:
Et si la vie eust onc joyeuse chere,
Toute contente en ce corps se complaict.
A l’un aggrée, & a l’aultre desplaict.
L’estre apparent de ma vaine fumée,
Qui tost estaincte, & soubdain rallumée,
Tient l’esperance en lubrique sejour.
Dont, comme au feu le Phoenix, emplumée
Meurt, & renaist en moy cent fois le jour.

Geef een reactie

NL EN FR RU ZH-CN IW AM
%d bloggers liken dit:
This website uses the awesome plugin.